Le Système Ribadier

de Georges Feydeau
Mise en scène Zabou Breitman

Du 13 novembre 2013 au 5 janvier 2014
Durée : 2h sans entracte
V<sup>x</sup>-Colombier

« Mais regarde-moi donc dans les yeux… » Chaque fois que M. Ribadier veut rejoindre une de ses maîtresses, il abuse de ses dons d’hypnotiseur. Les yeux dans les yeux, les mains dans les mains, un « je t’aime » rassurant, et voilà l’épouse endormie par le mari volage qui peut s’enfuir en toute sérénité. Il fallait bien trouver ce « système » pour contrecarrer la jalousie d’Angèle depuis qu’elle a découvert le carnet relié en maroquin de son premier mari, Robineau, qui y notait méticuleusement ses fredaines. Apprenant ainsi que celui qu’elle aimait aveuglément l’avait déshonorée par 365 fois en 8 ans de mariage, Angèle est aujourd’hui sur ses gardes. L’arrivée impromptue de Thommereux, amoureux transi qui s’était exilé à Batavia pour ne pas trahir l’amitié de son ami, feu Robineau, pourrait faire imploser l’imparable système…


Auteur

Georges Feydeau

Dès son adolescence, Georges Feydeau cherche sa voie dans le théâtre et persévère, encouragé entre autres par Eugène Labiche, jusqu’à l’accueil chaleureux qu’il reçoit, à l’âge de 24 ans, pour Tailleur pour dames. Six ans plus tard, le succès est triomphal avec Champignol malgré lui et Monsieur chasse. Année féconde, 1892 est aussi celle de la création du Système Ribadier. Il est vrai que Feydeau a mis toutes les chances de son côté. Adepte des collaborations, s’il écrit seul Monsieur chasse, il retrouve Maurice Desvallières pour Champignol et Maurice Hennequin pour Le Système Ribadier. L’hypnose est en vogue à l’époque, marquée par les recherches de Charcot et l’École de la Salpêtrière. Tous les salons à la mode agrémentent leurs mondanités de séances d’hypnotisme. Les vaudevillistes y trouvent un sujet porteur, que Feydeau sait exploiter avec talent, notamment dans La Dame de chez Maxim.


Metteur en scène

Zabou Breitman

C’est à l’âge de 4 ans que Zabou Breitman apparaît la première fois à l’écran dans un épisode de Thierry la Fronde. Depuis, sur les planches, devant ou derrière la caméra, elle a reçu de nombreuses récompenses, notamment au théâtre pour ses mises en scène de L’Hiver sous la table de Roland Topor et Des gens, d’après Raymond Depardon. À l’affiche de cinq films en tant qu’actrice en 2013, elle a récemment mis en scène et interprété, seule en scène, La Compagnie des spectres d’après le roman de Lydie Salvayre. Pour sa première création à la Comédie-Française, elle a choisi Feydeau. Précisant que l’auteur « n’a pas eu à attendre l’arrivée de l’hypnose pour convier bizarrerie et paradoxe au théâtre », elle ajoute : « Avec cette pièce, il nous fournit une mauvaise raison de plus pour nourrir les situations les plus folles. Si j’ai bien compris le système… »


Téléchargements

Téléchargement du dossier de presse Téléchargement du programme