Amphitryon

de Molière
Mise en scène Jacques Vincey

Du 19 juin 2013 au 7 juillet 2013
Durée : 1h50
V<sup>x</sup>-Colombier

Lorsque Jupiter jette son dévolu sur Alcmène, jeune mortelle mariée à Amphitryon, il ne peut parvenir à ses fins que sous les traits de son mari parti en campagne. Sosie, valet d’Amphitryon, vient rassurer la jeune épouse et annoncer le prompt retour de son maître. Seul dans la nuit, apeuré, il répète son ambassade, jouant tous les rôles à la fois, mais il se heurte à Mercure qui lui a emprunté son apparence et garde la porte du logis où Jupiter et sa bien-aimée s’ébattent. Les confrontations successives et croisées des personnages et de leurs imposteurs jettent un trouble croissant parmi les mortels. Dans cette comédie baroque, Molière révèle sa conception du théâtre comme carrefour de la réalité et du virtuel, qui prend ici la forme de dieux omnipotents, maîtres des apparences qu’ils créent aux dépens des humains.


Auteur

Molière

L’interdiction de sa nouvelle version du Tartuffe en août 1667 contraint Molière à fermer son théâtre pendant sept semaines, temps qu’il met à profit pour écrire Amphitryon. Le 13 janvier 1668, il interprète Sosie lors de la création qui s’affirme immédiatement comme un succès. Reprenant le thème de l’Amphitruo de Plaute qui avait déjà inspiré la comédie de Rotrou, Les Sosies, il mêle la farce, la parodie, la comédie sociale, le drame tendant vers la tragédie, le tout orchestré par une machinerie qui a contribué au succès de la pièce. Molière mène une réflexion sur l’acteur, incarnée par Sosie, comme point de départ de l’art théâtral. Dans sa scène inaugurale, jouant tous les rôles y compris celui du metteur en scène, Sosie donne à voir une naissance du théâtre dans lequel les figures du double finissent par proliférer dans un excès à la fois euphorisant et anxiogène. Le merveilleux vient ici en contrepoint d’interrogations plus inquiétantes sur l’identité.


Metteur en scène

Jacques Vincey

Comédien, Jacques Vincey joue sous la direction de Patrice Chéreau, Bernard Sobel, Luc Bondy, Robert Cantarella, André Engel... Metteur en scène, il monte notamment Les Bonnes de Jean Genet, Jours souterrains d’Arne Lygre, La Nuit des rois de Shakespeare, Madame de Sade de Mishima, Mademoiselle Julie de Strindberg, Le Belvédère d’Horváth. À la Comédie-Française, il a mis en scène Le Banquet de Platon présenté au Studio-Théâtre. Alors que Platon traque la vérité sous les apparences et, par là, se méfie du théâtre, Molière cherche la vérité révélée par l’illusion, voire l’invraisemblable. Le vertige du jeu fait vaciller le monde des personnages d’Amphitryon et invite le spectateur à aiguiser son regard sur le réel.


Téléchargements

Téléchargement du programme